Accueil
CSP - Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique.

Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique

Se Réfléchir Autrement

lun-sam 9h-20h

0487/48.48.83

Le CSP vous accompagne pour les problèmes rencontrés chez les enfants. Appelez-nous au 0487/48.48.83

Le CSP vous accompagne pour les problèmes rencontrés chez les enfants

Les enfants anxieux

L’enfant anxieux peut rester à l’écart des autres enfants. Il préfère demeurer en marge du groupe ou seul, et parfois, il essaie même d’éviter systématiquement les

nouvelles situations.

 

Les signes et les symptômes peuvent comprendre des réactions somatiques, des douleurs abdominales, des vomissements, des craintes par rapport à sa santé ou à la mort, des troubles du coucher et du sommeil, ou encore des troubles du comportement (colère, instabilité, opposition, agitation ou inhibition).

 

Un accompagnement personnalisé permettrait à l’enfant de vaincre ses peurs, de se rassurer et se sentir bien dans son corps pour pouvoir à nouveau vivre de nouvelles aventures avec ses copains.

 

Les enfants HP

À l’école, l’enfant a l’air de s’ennuyer, de perturber la classe ou d’être absent. Comment expliquer qu’un enfant sache répondre à des questions sur des matières

comme la géographie, les sciences, l’histoire, qu’il commence à écrire dès l’âge de 4 ans ou feuillette un livre comme s’il pouvait le lire et le comprendre?

 

L’accompagnement personnalisé permet à l’enfant de comprendre son fonctionnement par le biais de la gestion mentale, afin qu’il puisse continuer leur

propre évolution tout en étant à l’aise sur les bancs d’école.

 

L’insomnie

L’insomnie est un symptôme qui se caractérise par la difficulté à dormir en suffisance et sans intermittence. Cela entraîne de graves conséquences dans la vie

de l’enfant: somnolence, fatigue, moins de concentration pour les tâches journalières, perte de mémoire, irritabilité,…

 

Les causes de l'insomnie

Le stress, les inquiétudes, les conflits, le sentiment d’insécurité sont responsables de 50 % des cas d’insomnie.

Toutefois, il existe aussi des causes physiques et environnementales qui peuvent influencer la qualité du sommeil, telles que la luminosité et les bruits ambiants, le fait de dormir ailleurs que chez soi, le contenu et le moment du repas.

 

Lorsqu’un problème de santé physique ou mentale empêche de dormir, il est important d’établir un traitement adéquat avant toute chose.

 

Que faire ?

Il est primordial d’avoir une bonne hygiène de sommeil. Pour ce faire, il faut notamment éviter :

  • les activités physiquement et intellectuellement stimulantes en soirée;
  • la prise de boissons excitantes et en grande quantité;
  • les repas trop copieux;
  • de passer des heures devant l’ordinateur ou la télévision.

 

Assurez-vous de réguler le rythme veille-sommeil et d’établir un équilibre grâce à de petites astuces qui redonnent sa place et toute son importance

au sommeil.

 

Les phobies scolaires : surmonter son stress, ses peurs

 

Quand l’école fait peur….

 

Au moment d’aller à l’école, certains enfants vivent une véritable détresse émotionnelle. Ils peuvent souffrir de maux de tête, de vomissements, d’angoisse,…

 

Si vous remarquez que votre enfant exprime une réticence profonde à aller à l’école (il affirme ne pas aimer l’école ou il se sent malade avant de s’y rendre), un

accompagnement personnalisé serait dès lors recommandé, et parfois nécessaire.

Cela lui permettrait de retrouver confiance en lui, de se rassurer et de s’autonomiser.

 

 

Encoprésie et énurésie – pipi au lit ?

 

L’encoprésie se caractérise par des émissions fécales répétées dans des lieux inappropriés. Celles-ci pouvant être involontaires ou délibérées.

 

L’énurésie, quant à elle, se caractérise par des mictions répétées au lit ou dans les vêtements, et peut être diurne et/ou nocturne.

 

On peut diagnostiquer ces troubles chez un individu si ces difficultés n’apparaissent pas exclusivement lors d’affections médicales générales

ou ne sont pas liées aux effets physiologiques directs d’une substance. Ces troubles peuvent se manifester chez un enfant de plus de 4-5 ans.

 

Les problèmes de poids

 

Votre enfant souffre-t-il de problèmes de fluctuation de poids ?

 

Ensemble, nous tenterons de développer l’estime de soi de l’enfant, de lui apprendre à gérer ses émotions, de développer des mécanismes motivationnels et

d’identifier le meilleur équilibre alimentaire. Le but étant de trouver des pistes pour qu’enfin il puisse se sentir bien dans sa tête et dans son corps.

 

Les troubles du comportement - l’enfant roi : vivre l’autorité.

 

« Je fais du chantage avec mon enfant, autrement il ne m’obéit pas. »

« Je cède aux caprices de mon enfant. »

« Je travaille beaucoup et mets l’enfant devant des dessins animés quand je fais le souper »

 

Ces exemples de propos tenus tous les jours par des parents reflètent un problème de plus en plus courant et grandissant: l’enfant roi.

On remarque un certain épuisement chez les parents qui contribue à la mise en place de ce type de comportement.

Le terme d’« enfant roi » signifie que l’enfant n’a pas de contraintes et ses désirs sont toujours réalisés.

Cependant, ce type de comportement ne lui permet pas d’acquérir les outils nécessaires pour faire face aux aléas de la vie à l’âge adulte.

 

Les maltraitances

 

Un acte de maltraitance est commis par un individu, dès lors que celui-ci porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, à la liberté,

ou bien compromet gravement le développement de la personnalité d’une autre personne (ou d’un groupe de personnes).

 

Il est surprenant de constater que, bien souvent, un membre de la famille est responsable d’actes de maltraitance délibérée ou involontaire.

 

Dans les cas de maltraitance involontaire, on constate un certain épuisement: la famille ne parvient plus à gérer une situation difficile, à faire face à la maladie, à

gérer les crises de colère et autres comportements inadaptés, etc.

 

Les principales formes de maltraitance

 

  1. Maltraitance civique : cette catégorie concerne la violation des droits fondamentaux et élémentaires d’un citoyen.
  2. Maltraitance financière : il s’agit de tous les actes empêchant une personne de gérer ses ressources financières.
  3. Maltraitance physique : c’est l’ensemble des atteintes corporelles (coups, brûlures, bousculades, contentions inappropriées, abus sexuels,…).
  4. Maltraitance psychologique : il s’agit essentiellement de maltraitances verbales qui peuvent avoir des répercussions sur l’existence même de la personne, son aspect, son état physique et mental. Celles-ci peuvent prendre différentes formes: chantage, infantilisation,…
  5. Les négligences : tout manque de soin, d’attention, d’aide ou de vigilance à l’égard d’une personne, dans sa vie quotidienne,

que ce soit intentionnel ou non, est considéré comme une négligence.

 

Etre victime de maltraitance n’est pas une chose facile à accepter. Il est encore plus difficile d’en parler, peut-être par peur de représailles, de se

retrouver sans rien ou encore de trahir des personnes que l’on aime.

 

Et après ? A qui pouvons-nous nous adresser ?

 

Aussi bien la victime de maltraitance que la personne ayant commis l’acte en question peuvent se voir proposer un accompagnement.

 

Quant aux situations où un membre de la famille est, délibérément ou involontairement, responsable d’actes de maltraitance, un dialogue peut être initié.

Une aide et un soutien sont fournis tant à la victime qu’à la famille.

 

Ensemble, nous pouvons en parler, trouver des solutions, et mettre au point des techniques et des stratégies afin que chacun puisse se développer et

vivre dans un environnement plus sain.

 

Les enfants victimes de violence

 

La violence subie par un enfant, qu’elle ait la forme de maltraitance physique ou psychologique, génère toujours une faille dans la perception du monde,

des autres, de la relation de confiance, de soi. L’enfant en pleine évolution de sa compréhension de sa propre personne et de ses liens aux autres en retiendra

une méfiance, une peur, voire une incapacité à rentrer dans un rapport relationnel sain et constructif.

 

« Est-ce normal ? »

« De quoi suis-je coupable ? ».

 

Que votre enfant ait été victime de violence ou que vous l’avez été personnellement durant votre enfance, la solitude et le silence face à ce qui a été/est subi ont de forte chance de provoquer des conflits intérieurs et d’empêcher un développement heureux et équilibré. Il faut, de ce fait, pouvoir en parler.

 

Sachez que les mots et les attitudes peuvent faire aussi mal que les coups, et les

effets peuvent être aussi dévastateurs.

 

Besoin d’aide

Trouvez un endroit où l’enfant puisse se confier et parler d’une manière ou d’une autre de ce qu’il ressent, librement et en toute sécurité, est nécessaire,

voire essentiel pour pouvoir le protéger, l’aider à comprendre ce qui est acceptable ou non, et à faire face aux défis futurs.

 

Les enfants abusés

La plupart des abus et des violences faites aux enfants se produisent dans le cadre de leur famille proche ou élargie ou dans le cadre scolaire ou extra-scolaire.

 

Un enfant victime d’abus sexuels se retrouve systématiquement dans une approche perverse dont les deux constantes sont la création d’un lien de confiance,

et le développement d’une menace ou d’une peur plus importante aux yeux de la victime que la souffrance engendrée par l’acte en lui-même.

 

Enfants abusés : difficile à détecter

Rappelons que l’enfant est dans la méconnaissance du sens psychologique et physique de ce que représente réellement un acte sexuel (que celui-ci ait

la forme d’exhibitionnisme, d’attouchement ou de viol). L’enfant n’ayant, en effet, ni la connaissance ni les capacités d’un adulte pour exprimer ce qu’il vit. C’est d’autant plus vrai dans le cadre d’une manipulation exercée par un membre de la famille.

Cela n’est pas évident pour l’adulte d’aborder un tel sujet en des termes compréhensibles par l’enfant, tout comme il est difficile pour l’enfant d’en parler et surtout de dépasser les barrières établies par l’auteur des actes.

 

Il est pour cette raison difficile de repérer de tels actes, surtout lorsqu’ils proviennent de personnes dites de confiance, de personnes dont on ne peut

imaginer qu’elles puissent les commettre.

 

Conséquences sur les enfants

Les conséquences d’un abus sont lourdes, que le souvenir de ce méfait soit refoulé ou non.

 

La manière dont va se construire le rapport relationnel futur en sera imprégnée, bouleversant dès lors les relations aux autres, la sexualité, l’expression de la confiance et du partage.

La personne se trouvera dans une situation de conflits permanents entre le désir et le besoin fondamental de partage avec autrui, et la peur qui s’est inscrite dans le vécu traumatique. Cette dualité pourrait être la cause de grandes souffrances.

 

Pour accéder au chemin de la guérison, la première étape sera la reconnaissance et l’acceptation du statut de victime, autant par la personne concernée que par son entourage. Il s’agit-là d’un « prérequis » qui, pourtant, est loin d’être évident.

 

 

CSP

Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique

 

Le CSP, vous donne accès à une équipe pluridisciplinaire composée de psy, psychologue, psychothérapeute et thérapeute qualifiés et expérimentés près de chez vous.

Contactez le CSP

 

Grand'Rue, 23

5030 Gembloux (Siège Social)

N° de téléphone: 0487 48 48 83

E-Mail: info(at)psy-csp.be

Directeur du CSP: Sanchez Dimitri

Google+
Twitter
Facebook
LinkedIn

CSP - Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique © Copyright 2014-2017.

Tous droits réservés | Mentions Légales