Accueil
CSP - Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique.

Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique

Se Réfléchir Autrement

lun-sam 9h-20h

0487/48.48.83

Le CSP vous accompagne pour les problèmes rencontrés chez les adolescents. Appelez-nous au 0487/48.48.83

Le CSP vous accompagne pour les problèmes rencontrés chez les adolescents

L’insomnie

L’insomnie est un symptôme qui se caractérise par la difficulté à dormir en suffisance et sans intermittence. Cela entraîne de graves conséquences dans la vie

de l’enfant: somnolence, fatigue, moins de concentration pour les tâches journalières, perte de mémoire, irritabilité,…

 

Les causes de l'insomnie

Le stress, les inquiétudes, les conflits, le sentiment d’insécurité sont responsables de 50 % des cas d’insomnie.

Toutefois, il existe aussi des causes physiques et environnementales qui peuvent influencer la qualité du sommeil, telles que la luminosité et les bruits ambiants, le fait de dormir ailleurs que chez soi, le contenu et le moment du repas.

Lorsqu’un problème de santé physique ou mentale empêche de dormir, il est important d’établir un traitement adéquat avant toute chose.

 

Que faire ?

Il est primordial d’avoir une bonne hygiène de sommeil. Pour ce faire, il faut notamment éviter :

  • les activités physiquement et intellectuellement stimulantes en soirée;
  • la prise de substances excitantes et en grande quantité (ex : la nicotine, la caféine, l’alcool, les boissons sucrées,…) ;
  • les repas trop copieux;
  • de passer des heures devant l’ordinateur ou la télévision.

 

Assurez-vous de réguler le rythme veille-sommeil et d’établir un équilibre grâce à de petites astuces qui redonnent sa place et toute son importance

au sommeil.

 

La douleur chronique

Habituellement, la douleur est le système d’avertissement de votre corps qui vous prévient quand quelque chose ne va pas.

Toutefois, la douleur chronique est une réponse qui se prolonge d’une manière anormale contrairement à la douleur aigue.

 

Différents types de douleur chronique :

Il y a la douleur persistante et continue, et la douleur récurrente avec d fréquents épisodes de douleurs (comme les maux de tête).

Elles peuvent être associées à des maladies ou être sans cause identifiée. Quant au traitement il soulage peu, voire pas du tout la douleur.

 

L’impact de cette douleur ?

La souffrance physique contracte votre corps. A son tour, cette tension entretient la douleur et épuise votre énergie.

C’est un cercle vicieux qui s’installe alors.

 

La douleur affecte votre vie affective, relationnelle, sociale et professionnelle, et joue sur le moral en suscitant de l’angoisse, de la colère ou de l’irritabilité.

Malheureusement, cet état d’esprit ne fait qu’amplifier la douleur, la rendant encore plus pénible.

 

Que faire ?

Vous avez besoin de vous décontracter et de vous relaxer par des techniques corporelles et de physiothérapie.

Il est également bon de faire un travail psychothérapeutique sur vos émotions et vos pensées.

 

Observez, faites attention à vous, et apprenez à percevoir les éléments qui favorisent ou soulagent la douleur pour mieux la contrôler et vivre avec au

quotidien. En apprenant à vous connaître, vous pourrez alors construire une stratégie efficace et unique pour moduler votre douleur avec vos propres

ressources, vos particularités et votre force.

 

Le renforcement du moi

Qu’est-ce qui vous fait douter de vous-même ? Développer l’estime de soi, la confiance en soi et l’efficacité personnelle, cela se travaille !

 

Apprendre à se faire confiance signifie développer la confiance dans ses compétences et ses ressources.

Pour cela, il faut être en mesure de s’arrêter sur

ses actions et ses capacités avec l’aide d’un professionnel.

 

Les problèmes de poids

Vous souffrez de problèmes de fluctuation de poids ?

 

Ensemble, nous tenterons de développer votre estime de soi, de vous apprendre à gérer vos émotions, de développer des mécanismes motivationnels et d’identifier le meilleur équilibre alimentaire. Le but étant de trouver des pistes pour qu’enfin vous puissiez vous sentir bien dans votre tête et dans votre corps.

 

Les problèmes de communication

La cause la plus fréquente des malentendus et des conflits se situe au niveau communicationnel.

 

Chacun, à un moment donné, se retrouve face à une situation conflictuelle engendrée par un problème de communication.

Afin de trouver une solution pour des désaccords ou toutes autres difficultés de communication, il est utile de faire une pause et de changer de méthodes de communication. Prenez le temps de venir parler de ce qui fait défaut dans de votre façon de communiquer.

 

Les phobies

Vous souffrez d’une peur intense et irraisonnée, déclenchée par la présence d’un objet ou d’une situation spécifique ? Quand vous avez une phobie, vous comprenez que votre peur n’est pas raisonnable. Cependant, vous ne pouvez pas la contrôler, elle est plus forte que vous.

 

Par exemples:

  • peur des araignées (arachnophobie),
  • peur d’être mal jugé en société (phobie sociale),
  • peur de prendre l’avion (aérophobie),
  • peur des serpents (ophidiophobie),
  • peur des grands espaces ouverts (agoraphobie).

 

Si ces phobies sont présentes, c’est qu’elles ont eu une bonne raison de s’ancrer en vous. A nous de vous aider à comprendre de quoi cette phobie vous a protégée jusqu’à présent. Il existe différents types de thérapies que nous vous proposons au CSP et qui peuvent vous permettre d’en finir avec ces peurs excessives, à savoir: l’hypnose, l’EFT, etc.

 

Le décrochage et les phobies scolaires

 

  • Phobie

Pour certains jeunes, aller à l’école représente une source d’angoisse.

Ils vivent ce moment comme une véritable détresse émotionnelle.

 

Sur le trajet de l’école, votre adolescent a des maux de tête ou de ventre, des vomissements, etc.

Il n’arrive plus à franchir le pas de « la grille de l’école » et fait demi-tour pour se recoucher, se mettre sous la couette.

 

L’accompagnement personnalisé permet aux adolescents de retrouver l’assurance, la confiance en eux pour que l’école puisse redevenir un lieu d’apprentissage plus convivial.

 

  • Décrochage

Votre adolescent connaît-il un décrochage scolaire ? Par exemple: il n’a plus envie d’aller à l’école, bisse et doit recommencer son année, n’a plus de motivation pour les cours, sort beaucoup, boit ou fume,...

 

L’école est devenue pour lui un passe-temps, un lieu de rencontre pour jeunes.

L’’intérêt des cours n’y est plus et les absentéismes se multiplient de plus en plus.

 

L’accompagnement personnalisé aide le jeune à développer une méthode de travail en identifiant et en tenant compte de son profil d’apprentissage. Cela permettra à l’adolescent de développer, de consolider et d’approfondir ses acquis, et ainsi de se sentir en confiance par rapport aux études.

 

Les troubles de l’apprentissage

 

  • Difficultés électives

L’adolescent connaît des difficultés dans certaines ou l’ensemble des matières scolaires, et ses résultats scolaires sont insuffisants ou en baisse.

 

  • Retard scolaire

Le retard scolaire désigne le décalage pouvant exister entre les acquis d’un élève et ceux des apprentissages attendus

(compte tenu de l’âge et du niveau scolaire).

L’accompagnement personnalisé permet à l’adolescent de reprendre confiance en soi et en ses capacités, ainsi que de comprendre son fonctionnement par la gestion mentale afin que l’apprentissage devienne une source de plaisir et d’amusement.

 

La rupture

L’amour entre deux personnes est un sentiment très fort. Il n’est donc pas étonnant que la rupture d’un couple ou même le divorce des parents ait des effets

émotionnels difficiles à vivre, surtout pour des adolescents en plein développement personnel.

 

Entre perte de confiance et peine de coeur, comment s’en sortir ? Comment ne pas s’effondrer et déprimer ?

Comment vaincre ses angoisses, retrouver confiance en soi et tourner la page ?

 

La rupture d’un couple est aussi une rupture avec le quotidien, et le sentiment d’avoir échoué est très prégnant.

Tout est remis en question: en commençant par sa capacité d’aimer, les éventuelles erreurs ayant été commises, son désir de vouloir continuer à vivre, etc.

Un échec sentimental ou un divorce consume de l’intérieur.

 

Les problèmes de dépendance et d'assuétude

En psychologie, l’assuétude ou la dépendance désigne une activité ou un comportement fait de manière compulsive.

 

Il peut s’agir d’une dépendance au tabac, à l’alcool, à la drogue ou à toute autre substance.

Cela peut également faire référence à une addiction au jeu, à la sexualité ou aux achats, mais aussi à une dépendance affective,…

 

L’avortement

L’avortement est un droit fondamental des femmes garanti par la Loi belge.

 

Diverses raisons peuvent amener une femme à recourir à l’IVG lorsque survient une grossesse qui n’est pas destinée à devenir une maternité.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise raison. L’avortement est alors envisagé ou décidé.

 

Objectivement, toutes les femmes ayant subi un avortement connaîtront quelques douleurs physiques.

Toutefois, pour beaucoup de femmes, l’IVG peut être vécue difficilement à postériori, et ce, malgré la liberté de choix.

Elles peuvent en effet être profondément affectées psychologiquement. Chaque femme réagira de façon différente, car toutes ne sont pas conscientes du lien entre leurs troubles et l’avortement. Cela peut notamment s’accompagner de tristesse, d’un sentiment de culpabilité ou d’échec, d’une perte de l’estime de soi, pouvant même aller jusqu’à la dépression.

 

Le deuil

L’histoire d’une vie est parsemée de deuils. Quand on parle de deuil, on pense bien entendu à la perte d’un être cher.

Néanmoins, il existe plusieurs sortes de deuil.

 

Il peut être question du décès d’un parent, d’un enfant ou d’un ami, survenu à la suite d’une longue maladie ou, au contraire, d’une mort subite et inattendue

ajoutant alors une difficulté supplémentaire à ce processus de deuil et d’acceptation.

 

Quoi qu’il en soit, la perte d’une personne aimée, qui nous a fait vibrer et exister, représente bien souvent une étape de la vie difficile à gérer.

 

Comment continuer à vivre tout en vivant la perte d’un être cher ?

Le deuil symbolise la fin d’une partie de l’histoire: de votre histoire. Face à ce genre de situation, chacun réagit d’une manière qui lui est propre, tout en

franchissant des étapes essentielles d’un processus existentiel que l’on retrouve systématiquement.

 

La souffrance inhérente au deuil, les sentiments d’abandon, de colère, de perte, de déni ou de finitude que vous pourriez ressentir sont normaux et

font partie intégrante de ce processus de deuil. Cela peut durer plus ou moins longtemps… Toutefois, vous n’êtes pas obligé d’y faire face seul.

 

Nous pouvons vous aider à surmonter cette épreuve de vie en mettant à votre disposition un cadre qui favorisera le dépôt de votre expérience émotionnelle,

une écoute attentive, ainsi que des techniques et des stratégies qui vous permettront de réutiliser vos capacités et votre volonté à investir votre vie en intégrant cette perte.

 

Les adolescents victimes de violence

La violence subie par un enfant ou un adolescent, qu’elle ait la forme de maltraitance physique ou psychologique, génère toujours une faille dans la perception du monde, des autres, de la relation de confiance, de soi. Le jeune en plein développement personnel et de création de liens avec d’autres personnes en

retiendra une méfiance, une peur, voire une incapacité à rentrer dans un rapport relationnel sain et constructif.

 

« Est-ce normal ? »

« De quoi suis-je coupable ? ».

 

Que votre enfant ait été victime de violence ou que vous l’avez été personnellement durant votre enfance, la solitude et le silence face à ce qui a été/est subi ont de forte chance de provoquer des conflits intérieurs et d’empêcher un développement heureux et équilibré. Il faut, de ce fait, pouvoir en parler.

 

Sachez que les mots et les attitudes peuvent faire aussi mal que les coups, et les effets peuvent être aussi dévastateurs.

 

Besoin d’aide

Trouvez un endroit où l’enfant puisse se confier et parler d’une manière ou d’une autre de ce qu’il ressent, librement et en toute sécurité, est nécessaire,

voire essentiel pour pouvoir le protéger, l’aider à comprendre ce qui est acceptable ou non, et à faire face aux défis futurs.

 

Les adolescents abusés

La plupart des abus et des violences faites aux enfants et aux jeunes se produisent dans le cadre de leur famille proche ou élargie ou dans le cadre scolaire ou extrascolaire.

 

Un jeune victime d’abus sexuels se retrouve systématiquement dans une approche perverse dont les deux constantes sont la création d’un lien de confiance, et le développement d’une menace ou d’une peur plus importante aux yeux de la victime que la souffrance engendrée par l’acte en lui-même.

 

Les jeunes victimes d’abus : difficile à détecter

Rappelons qu’un adolescent peut encore être dans la méconnaissance du sens psychologique et physique de ce que représente réellement un acte

sexuel (que celui-ci ait la forme d’exhibitionnisme, d’attouchement ou de viol). Le jeune n’ayant, en effet, pas les capacités d’un adulte pour exprimer

ce qu’il vit. C’est d’autant plus vrai dans le cadre d’une manipulation exercée par un membre de la famille. Cela n’est pas évident pour l’adulte d’aborder

un tel sujet avec son enfant, tout comme il est difficile pour ce dernier d’en parler et surtout de dépasser les barrières établies par l’auteur des actes.

 

Il est pour cette raison difficile de repérer de tels actes, surtout lorsqu’ils proviennent de personnes dites de confiance, de personnes dont on ne peut

imaginer qu’elles puissent les commettre.

 

Conséquences sur les jeunes

Les conséquences d’un abus sont lourdes, que le souvenir de ce méfait soit refoulé ou non.

 

La manière dont va se construire le rapport relationnel futur en sera imprégnée, bouleversant dès lors les relations aux autres, la sexualité, l’expression de la confiance et du partage. La personne se trouvera dans une situation de conflits permanents entre le désir et le besoin fondamental de partage avec autrui, et la peur qui s’est inscrite dans le vécu traumatique.

Cette dualité pourrait être la cause de grandes souffrances.

 

Pour accéder au chemin de la guérison, la première étape sera la reconnaissance et l’acceptation du statut de victime, autant par la personne concernée que par son entourage. Il s’agit-là d’un « prérequis » qui, pourtant, est loin d’être évident.

 

Le suicide

Souvent considéré, à tort, comme étant une caractéristique de la maladie mentale et, en particulier, de la dépression, le suicide est avant tout un problème humain, dont la violence et le désespoir dérangent, interpellent et questionnent.

 

Qu’il s’agisse de vous ou de quelqu’un de votre entourage, les signes annonciateurs

d’un suicide auxquels vous vous devez d’être particulièrement attentifs sont les

suivants :

• la personne se replie sur elle-même et devient taciturne;

• elle est « absente »;

• elle exprime des idées ou commet des gestes destructeurs;

• elle a l’impression que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

 

Si vous ou un de vos proches est confronté à l’une de ces attitudes, prenez la peine de vous adresser au CSP. Nous vous recevrons avec bienveillance et, surtout, sans jugement. Nous vous proposons une écoute et une compréhension sur ce qui vous a conduit à être animé par ces idées.

Pas à pas, nous prendrons le temps de vous écouter dans votre souffrance et de donner sens à vos questions.

CSP

Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique

 

Le CSP, vous donne accès à une équipe pluridisciplinaire composée de psy, psychologue, psychothérapeute et thérapeute qualifiés et expérimentés près de chez vous.

Contactez le CSP

 

Grand'Rue, 23

5030 Gembloux (Siège Social)

N° de téléphone: 0487 48 48 83

E-Mail: info(at)psy-csp.be

Directeur du CSP: Sanchez Dimitri

Google+
Twitter
Facebook
LinkedIn

CSP - Centre Scientifique de suivi Psychothérapeutique © Copyright 2014-2017.

Tous droits réservés | Mentions Légales